mardi, 17 octobre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Chapelle Notre-Dame du Paradis

Le Paradis
Pommerit-le-Vicomte
Côtes d'Armor

    La chapelle du Paradis a été construite au début du XVIème siècle par les Châtelier, seigneurs de Pommerit.
    Elle est de forme rectangulaire et possède un clocher-mur avec une tourelle d’accès de forme octogonale.
    Elle se singularise par ses multiples gargouilles. A proximité, s’élève un calvaire représentant les douze apôtres, sur ses quatre faces.
    Un pardon est célébré le jeudi de l’Ascension, un autre le premier dimanche de juillet.
    
    Situation : la chapelle du Paradis est située à environ 8 kilomètres au nord-est de Guingamp ; la chapelle se trouve en bordure de la route reliant Pommerit-le-Vicomte au Merzer, environ 2 kilomètres après la sortie du bourg de Pommerit.
   

 
      

Chapelle Saint-Jean de Trévoazan   

Trévoazan
Prat
Côtes d'Armor

    La construction de cette chapelle est attribuée à l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. La chapelle était alors rattachée à la Commanderie du Palacret située à Saint-Laurent.
    Par la suite, elle devint une chapelle tréviale de Prat.
    L’aile nord de la chapelle date du XIII ème siècle ; le chœur et le pignon ouest ont été édifiés à la fin du XVème siècle.
    L’ossuaire et l’autel sont du XVIème siècle.
    A l’intérieur de la chapelle, une pierre tombale est gravée du blason des seigneurs Le Chevoir. Cette famille, propriétaire de la chapelle au XVI ème siècle, y a enterré plusieurs de ses membres.
    Laissée à l’abandon, la chapelle s’écroula en 1910 ; elle fut restaurée au cours des années quatre-vingts grâce à l’action d’une association de sauvegarde.
    
    Situation : la chapelle de Trévoazan est située à environ 15 kilomètres au sud-est de Lannion ; elle se trouve en bordure de la route reliant Prat à Runan.
   

 
      

Chapelle Saint-Yves (à Quintin)

Saint-Yves
Quintin
Côtes d'Armor

Cette chapelle est édifiée en 1601 à l'emplacement où, selon la tradition, Saint-Yves se serait assis après la difficile montée de la côte menant de Quintin à Cohiniac.

L'édifice est rénové en 1701 ; la date inscrite sur la façade fait référence à cette réfection.

La chapelle conserve un retable en bois polychrome datant du XVIIe siècle.

Le Vendredi Saint, la chapelle est le point de départ d'une procession aux flambeaux, en souvenir du passage de Saint-Vincent Férier en 1418.

 
      

Chapelle de Clérin   

Clerin
Saint-Clet
Côtes d'Armor

    Au cours du IIIème siècle avant Jésus-Christ, les celtes construisirent un temple à Clérin.
    Au VIème siècle, suite à l’arrivée des bretons d’Outre-Manche et du christianisme, Clérin devint un lieu de pélerinage.
    Une première chapelle, au toit de chaume, fut construite en 1421 ; elle brûla en 1540.
    En 1543, le Comte de Bourgblanc fit construire la chapelle actuelle. Après la révolution, celle-ci fut vendue. En 1818, elle fut rachetée et offerte à la fabrique de Saint-Clet.
    L’édifice est de plan rectangulaire et possède un clocher mur à trois chambres de cloche accessibles par une tourelle d’escalier. L’intérieur renferme un bénitier en granit du XVe siècle provenant de la première chapelle.
    L’édifice est placé sous le patronage de Saint-Cadoc, prince martyr ayant du fuir le Pays-de-Galles pour la Bretagne. De même, chacune des cinq fontaines voisines de la chapelle est vouée à un saint particulier.
    Le manoir de Clérin, situé à proximité de la chapelle, date du XVII ème siècle ; il était la propriété de la famille de Keramanac’h, seigneurs de Squiffiec.
    Le pardon a lieu au mois de mai.
    
    Situation : la chapelle de Clérin se trouve à environ 10 kilomètres au nord de Guingamp ; la route menant au hameau de Clérin se trouve à environ 2 kilomètres après la sortie du bourg de Saint-Clet, en direction de Guingamp.
   

 
      

Chapelle Saint-Mélar

Saint-Mélar
Saint-Jean-du-Doigt
Finistère

    Fondée au début du XVIIe siècle par les seigneurs Le Coail, la chapelle Saint-Mélar se présente comme un édifice rectangulaire avec une chapelle latérale.
    La chapelle possède un clocher-mur à une chambre de cloche et est entourée d'un mur d'enclos.
    L’édifice a bénéficié d’une restauration en 1975.
    En contrebas se trouve une fontaine.
    Mélar était le fils de Milliau, comte de Cornouaille et roi de Domnonée. Il n’avait que sept ans quand son oncle Rivod assassina son père. Pour affermir son nouveau pouvoir, Rivod tenta d’empoisonner Mélar. La légende dit que Mélar, très pieux, signait ses aliments et, qu’ainsi, il ne fut pas empoisonné. Devant cet échec, Rivod envoya une troupe de guerriers pour assassiner Mélar. Attendris par les larmes de sa mère et la résignation du Prince, ceux-ci se contentèrent de lui trancher la main droite et le pied gauche, lui ôtant ainsi toute possibilité de régner.
    Mélar se retira dans le monastère de Quimper où on lui fit un pied d’airin et une main d’argent. Bientôt Mélar redevint très adroit et surpassa en adresse les guerriers les plus agiles.
    Craignant de plus en plus pour son trône, Rivod paya le Comte de Kerioltan et son fils Justin pour assassiner Mélar. Ceux-ci tranchèrent la tête du malheureux avant de la remettre à Rivod. Trois jours après, Rivod expira dans un accès de frénésie et le Comte de Kerioltan perdit la vue. Quant à Justin, il se rompit le cou en tentant de fuir.
    Le pardon de Saint-Mélar est célébré au mois d’août.
    
    Situation : La chapelle Saint-Mélar se trouve à environ 2 kilomètres au sud-est de l’église de Saint-Jean-du-Doigt, elle-même située à environ 12 kilomètres au nord-est de Morlaix.
   

 
      

Chapelle Notre-Dame d'Avaugour

Avaugour
Saint-Péver
Côtes d'Armor

    En 1034, les barons d’Avaugour firent construire un château sur leur terre dominant la vallée du Trieux et le petit ruisseau d’Avaugour.
    Au début du XVe siècle, alors que la baronnie était à son apogée, le duc Jean V entreprit de la démembrer et, en 1453, fit démolir le château.
    Yvon de Rocere, qui reçut en partage les terres de la baronnie, fit construire une chapelle entre 1454 et 1504 à peu de distance au nord de l’ancien château.
    La chapelle possède une nef de plan rectangulaire avec un transept sur le côté sud.
    La porte sud, oeuvre de Rolland Le Neindre (1570), présente le martyr de Saint-Sébastien.
    A l’intérieur, le visiteur pourra découvrir les restes d’une fresque rouge brique, mise au jour en 1954, représentant d’énigmatiques personnages.
    Le pardon est célébré le 2ème dimanche de septembre.
    
    Situation : le village de Saint-Péver est situé à environ 8 kilomètres au sud-est de Guingamp ; la chapelle d’Avaugour se trouve non loin de la route joignant Saint-Péver à Guingamp, environ 2 kilomètres après avoir quitté Saint-Péver.
   

 
      

Chapelle Saint-Méen

Saint-Méen
Saint-Quay-Perros
Côtes d'Armor

    La chapelle Saint-Méen est une ancienne chapelle seigneuriale.
    Son édification remonte au XVIème siècle.
    Elle se caractérise par une forme en L et un clocher-mur avec une chambre de cloches. On remarquera les deux pinacles au niveau du portail ainsi que les crochets sur les rampants.
    La chapelle est placée sous le vocable de Saint Méen, invoqué pour guérir les maladies de peau.
    A proximité de la chapelle se trouve la fontaine Saint-Méen.
    Le pardon est célébré le lundi de la Pentecôte.
    
    Situation : la chapelle se trouve à environ 5 kilomètres au sud de Lannion ; la direction du quartier de Saint-Méen est indiquée à partir de la voie rapide joignant Lannion à Perros-Guirec.
   

 
      

Chapelle Notre Dame de la Garde (à Saint-Quay-Portrieux)

La Garde
Saint-Quay-Portrieux
Côtes d'Armor

Construite en 1828, la chapelle Notre-Dame-de-la-Garde présente la forme d'une rotonde de 13 mètres de diamètres.

L'édifice est pourvu de quatre fenêtres et d'une seule porte.

A l'intérieur, on peut découvrir des ex-votos offerts par des marins reconnaissants.

Le pardon est célébré le second dimanche de juillet.

 
      

Chapelle de Kermaria-an-Lan

Kermaria
Squiffiec
Côtes d'Armor

    Cette chapelle est édifiée au XIVe siècle au coeur d’un important village.
    Ayant souffert du conflit opposant Olivier de Clisson au duc de Bretagne, la chapelle est reconstruite, grâce à des indulgences accordées en 1392 par le Pape Boniface IX.
    Il y afflue de nombreux pélerins pour le pardon qui se déroulent le premier dimanche de septembre.
    La chapelle sud est édifiée au XVIIe siècle ; le socle et le fût de la croix monumentale datent aussi du début de ce siècle.
    La chapelle a été restaurée en 1853 et en 1983.
    
    Situation : la chapelle de Kermaria-an-Lan se trouve à proximité de la route reliant Guingamp à Pommerit-Jaudy, non loin de l’intersection en direction de Landebaëron.

 
      

Chapelle Notre-Dame de Kerivoalan

Kerivoalan
Tonquédec
Côtes d'Armor

    Cette chapelle a été édifiée à la fin du XVIe siècle ; à l’origine, elle relevait de la seigneurie de Kergrist.
    L’édifice, de plan rectangulaire, comporte un portail de style gothique ainsi qu’un clocher-mur à lanternon. A l’intérieur, on peut découvrir une tribune ornée d’entrelacs celtiques.
    Sur le placître se dresse un calvaire.
    En aval de la chapelle, un sentier mène jusqu’à une fontaine pourvue de bancs en pierre pour les pélerins.
    
    Stuation : la chapelle de Kerivoalan se trouve à environ 2,5 kilomètres au sud-ouest de Tonquédec.