lundi, 16 octobre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Eglise de Brélévenez (à Lannion)   

Brélévenez
Lannion
Côtes d'Armor

    L’église de Brélévenez est bâtie sur la colline dominant la ville de Lannion.
    La fondation de l’église remonte au XII ème siècle ; elle est attribuée au chevaliers-moines de Montjoie, branche de l’ordre du Temple.
    Les fondateurs laisseront leur nom à la commune ; en effet Brélévenez est la traduction de Montjoie en breton.
    Le chevet de style roman et le porche sud en granit rose appartenaient à l’édifice initial.
    Le clocher-tour sera ajouté au XV ème siècle ; de style gothique, il comporte deux niveaux et se termine par une flèche ajourée.
    Une autre tour, couverte d’une feuille de plomb, est également ajoutée à cette période.
    A l’intérieur, on peut découvrir une mesure à grains provenant du manoir du Cruguil ; elle servait à évaluer la quantité de grains founis par les paysans à la paroisse pour s’acquitter de la dîme.
    On remarquera aussi trois beaux retables du XVII ème siècle ainsi qu’une mise au tombeau polychrome datant du XVIII ème siècle.
    Un bel enclos paroissial entoure l’église ; on peut y découvrir un reliquaire d’attache et une chapelle ossuaire datant tous deux du XV ème siècle.
    Un escalier de 140 marches permet d’accéder à l’église à partir du centre-ville de Lannion.
    L’église est consacrée à la Trinité ; le pardon se célèbre donc le dimanche de la Trinité.
    
    Situation : l’église de Brélévenez est située à quelques centaines de mètres au nord du centre ville de Lannion.

 
      

Eglise Saint-Ivy (à Lannion - Loguivy-lès-Lannion)

Loguivy-lès-Lannion
Lannion
Côtes d'Armor


    C’est à cet endroit que Saint-Ivy installa un ermitage et construisit une chapelle au VIIe siècle.
    Saint-Ivy était un moine irlandais de Lindisfarne né en 650 et venu en Armorique aux alentours de 685. Le saint aurait débarqué vers le Mont-Saint-Michel puis aurait poursuivi son périple en direction de la baie de Saint-Brieuc, avant de suivre la côte de Paimpol à Trégastel et d’arriver dans l’embouchure du Léguer.
    L’église actuelle fut construite entre le XVIe et le XVIIe siècle à l’emplacement de l’ancienne chapelle. Les seigneurs de Kergomar en furent les fondateurs et lui firent don d’un bras-reliquaire renfermant les reliques de Saint-Ivy.
    L’église est de plan rectangulaire, avec une chapelle au nord et deux chapelles au sud ; elle possède un clocher-mur à trois chambres de cloches accessibles par un escalier sur le rampant sud.
    A l’intérieur, on peut observer une voute lambrissée peinte en bleu ainsi qu’un retable de la Nativité.
    Un très bel enclos paroissial entoure l’église. Le mur d’enclos comporte un grand porche jadis fermé par une porte ainsi que des échaliers qui permettaient aux paroissiens d’accéder à l’enclos sans avoir à ouvrir la porte.
    A l’intérieur de l’enclos, on peut découvrir une fontaine en forme de colonne à vasque datée de 1577 ainsi qu’un if séculaire.
    En bordure du Léguer se trouve une fontaine en granit du XVIe dédiée au saint.
    Le pardon de Saint-Ivy est célébré le premier dimanche de mai.
    
    Situation : Le village de Loguivy-lès-Lannion se trouve à environ 1,5 kilomètre à l’ouest du centre-ville de Lannion.
    

 
      

Eglise Saint-Jean du Baly (à Lannion)

Le Baly
Lannion
Côtes d'Armor

    C’est au XVI ème siècle que cet édifice remplaça la chapelle dépendant du château de Lannion et dédiée à Saint Eloi. Les travaux commencèrent en 1519 et s’achevèrent en 1548.
    En 1643, il fut décidé d’élever une flèche de bois, recouverte d’ardoises et coiffée de plomb, au sommet de l’imposante tour.
    Toutefois, l’une des poutres de la charpente se rompit et la flèche pencha dangereusement. En 1760, le duc d’Aiguillon, commandant de la province, ordonna sa démolition.
    La flèche de granit prévue pour la remplacer ne fut jamais construite, faute de moyens.
    Durant la seconde guerre mondiale, les allemands hissèrent au sommet de la tour une croix gammée. A la libération, les lannionais s’empressèrent de remplacer ce symbole de l’occupant par le drapeau français.
    A l’origine l’église était dédiée à Notre-Dame ; en 1839, elle fut placée sous le vocable de Saint-Jean auquel on ajouta ‘du Baly’, en référence à la promenade du Baly aménagée à l’emplacement des anciennes murailles de la ville (le verbe se promener se traduit en breton par bale).
    A l’intérieur de l’église, on peut découvrir un pilier creux muni d’un escalier à vis. Autrefois, cet escalier permettait d’accéder à un jubé aujourd’hui disparu. On observera des marques sur certaines pierres du pilier creux ; ces marques servaient probablement à comptabiliser le nombre de pierres taillées par chaque ouvrier.
    L’église contient aussi une chaire à prêcher de la fin du XVII ème siècle ainsi qu’un autel en marbre blanc et des retables du XVIII ème siècle.
    Dans l’enclos paroissial, on remarquera un beau calvaire qui fut réalisé par Yves Hernot pour l’exposition universelle de 1867.
   

 
      

Eglise Saint-Envel (à Loc-Envel)

Loc-Envel
Côtes d'Armor

    L’église Saint-Envel a été édifiée au XVIe siècle à l’endroit où l’ermite Envel s’installa au VIe siècle.
    Les moines bénédictins de Saint-Jacut de la mer furent les fondateurs de l’église et c’est l’atelier Beaumanoir de Morlaix qui fut en charge de sa construction.
    De style gothique flamboyant, l’église possède un clocher-mur flanqué d’une tourelle et un chevet à noues multiples. Le visiteur remarquera sur les rampants la présence de pierres de crossettes représentant les forces du mal qui devaient être tenues en dehors de l’espace sacré de l’église.
    L’intérieur de l’église a conservé son décor originel.
    Ainsi, le visiteur pourra admirer une voûte particulièrement ouvragée et des sablières ornées de sculptures d’animaux.
    Un jubé de style gothique flamboyant finement sculpté entoure le choeur. L’autel en granit du XVIe siècle est surmonté d’un retable en bois du XVIIe siècle.
    Les vitraux ont également été conservés ; le vitrail central décrit en six panneaux la vie de Saint-Envel.
    A proximité de l’église se trouve une fontaine dédiée au saint.
    
    Situation : Le village de Loc-Envel se trouve à environ 20 kilomètres à l’ouest de Guingamp.
 

 
      

Eglise Saint-Jacques (à Locquirec)

Rue de l'Eglise
Locquirec
Finistère

    L’église a succédé au XII-XIIIe siècle à un oratoire dédié à Saint-Guirec. La nef et le bas côté nord remontent à cette époque.
    L’édifice a été agrandi au XVIIe siècle : le bas-côté sud a été ajouté et le choeur a été allongé, avec son chevet à quatre noues daté de 1658.
    Le clocher porche, daté de 1634-1691, est de type trégorois, avec trois chambres de cloches accessibles par une tourelle d’escaliers.
    L’église renferme un retable en bois polychrome de la fin du XVe siècle, de style flamand. Le plafond du Choeur et des transepts est historié et peint.
    L’église dépendait jadis de la commanderie du Palacret située à Pont-Melvez.
    
    Situation : Le village de Locquirec se trouve à environ 15 kilomètres au nord-est de Morlaix.

 
      

Eglise Saint-Yves (à Minihy-Tréguier)

Minihy-Tréguier
Côtes d'Armor

    A l’origine, une chapelle existait à l’emplacement de l’église actuelle. Cette chapelle fut construite par Yves Héloury, ou Saint Yves, devenu propriétaire du patrimoine des Héloury à la mort de sa mère en 1290.
    Vers 1460 la chapelle fut agrandie et consacrée église.
    Au cours des siècles qui suivirent, l’église subit de profonds remaniements.
    Au XIX ème siècle, une galerie à prêcher fut ajoutée à la façade nord ; cette galerie était utilisée pour s’adresser aux fidèles n’ayant pas pu entrer dans l’église.
    Le clocher mur de type trégorois date aussi du XIX ème sièle.
    A l’intérieur, on peut découvrir une peinture du XVII ème siècle reproduisant le testament de Saint-Yves ainsi que des statues anciennes, dont le groupe ‘Saint Yves entre le riche et le pauvre’.
    
    Situation : Le village de Minihy-Tréguier se trouve à environ 2 kilomètres au sud de Tréguier.
   

 
      

Eglise Notre-Dame (à Morlaix - Ploujean)

Ploujean
Morlaix
Finistère

    L’église Notre-Dame est un édifice datant de plusieurs époques. La première église de pierres fut construite au XIIe siècle ; il n’en reste aujourd’hui que la nef romane avec ses lourds piliers.
    Le choeur, séparé de la nef par un arc de triomphe gothique, a été construit au XVe siècle ; le clocher Beaumanoir avec sa tourelle latérale date de 1586.
    L’église renferme des orgues datant de 1680. Elles furent réalisées par le facteur d’orgues Thomas Dallam.
    Sur le placître se trouve un ossuaire édifié durant la seconde moitié du XVIe siècle ; la façade du monument est percée de baies en plein cintre séparées par des petites colonnes cylindriques.
    
    Situation : Ploujean, qui fait partie de la commune de Morlaix, se trouve à environ 2 kilomètres au nord du centre-ville de Morlaix.

 
      

Eglise Saint-Melaine (à Morlaix)

Eglise Saint-Melaine
Morlaix
Finistère

    Construite sur les hauteurs dominant la rivière, l’église Saint-Melaine adopte un style gothique flamboyant.
    Les travaux de construction de l’édifice furent menés par Philippe de Beaumanoir à partir de 1489. A partir de 1500, son fils, Etienne, prit le relais ; les travaux s’achevèrent en 1516.
    La tour carrée fut édifiée en 1574 ; la flèche la dominant fut posée au XIXe siècle.
    Le porche principal donne sur un grand escalier de granit descendant vers la rive.
    L’intérieur de l’église renferme des fonts baptismaux baroques datant de 1660 ainsi qu’une statue de Saint-Melaine du XVIe siècle.
    Par le passé, l’église était prieuré de l’abbaye Saint-Melaine de Rennes.
    Moine dans la région de Redon, Saint-Melaine fut élu évêque de Rennes en 491. Homme d’église et fin diplomate, il devint conseiller de Clovis et travailla au rapprochement de l’église armoricaine avec Rome. Son tombeau à Rennes devint rapidement un lieu de vénération. Une abbaye dédiée au saint fut construite à Rennes au XIe siècle ; le rayonnement de cette abbaye fut très grand : à la fin du XIIe siècle, les moines de Saint-Melaine détenaient une centaine d’églises, rayonnant jusqu’en Angleterre.

 
      

Eglise Saint-Jacques (à Perros-Guirec)   

Eglise Saint-Jacques
Perros-Guirec
Côtes d'Armor

    L’église Saint-Jacques, classée monument historique en1901, a été édifiée à partir de la fin du XIe siècle, sur la colline dominant le vieux Perros.
    De l’édifice initial, il demeure la nef romane et le porche sud.
    Les dix piliers de la nef romane (XIe et XIIe siècles) présentent des chapiteaux sculptés de motifs celtiques ou bibliques. En particulier, le deuxième pilier représente l'arrivée de Saint-Guirec à Perros.
    Le tympan du porche sud représente le Christ entre le lion de Saint Marc et l’aigle de Saint Jean.
    Une nef gothique est venue prolonger la nef romane au XIVe siècle. La tour carrée date également de cette période ; la balustrade et le curieux dôme à flèche pyramidale la surmontant sont du XVIIe siècle.
    Les deux transepts ont été ajoutés au XXe siècle.
    A l’intérieur, le visiteur pourra découvrir un beau retable du XVIIe siècle comprenant dix-neuf statuettes finement façonnées. L’église renferme aussi un bénitier du XIIe siècle et une mesure à grains du XIVe siècle ; cette mesure était utilisée pour recevoir et évaluer les offrandes en grains.
    L’orgue a été réalisé en 1996-1997 par Yves Fossaert ; celui-ci a utilisé au maximum des techniques anciennes et des matériaux traditionnels tels que le chêne ou le plomb.
    
    Situation : l’église Saint-Jacques est située au centre de la ville de Perros-Guirec.

 
      

Eglise Saint-Efflam (à Plestin-les-Grèves)

Rue de l'Eglise
Plestin-les-Grèves
Côtes d'Armor

    Il est probable qu’à l’origine, une chapelle dédiée à Saint-Efflam se trouvait à cet endroit.
    Au XVe siècle, une église fut édifiée en remplacement de la chapelle ; de cette église, seule la nef subsiste de nos jours.
    Le clocher-tour fut ajouté au XVIe siècle, puis le côté nord au XVIIe et l’abside au XIXe.
    Lors de travaux réalisés en 1859, l’enclos paroissial, l’ossuaire gothique et le calvaire furent détruits afin d’agrandir la route.
    En 1944, l’église fut minée, incendiée et en partie détruite ; les travaux de restauration s’échelonnèrent jusqu’en 1964.
    Le porche principal (XVIe), surmonté d’une secrétairie, abrite les statues des douze apôtres ; celles-ci ont été finement sculptées dans le kersantile par l’artiste Roland Doré.
    L’intérieur de l’église abrite le tombeau de Saint-Efflam daté de 1550.
    Efflam, né en 448, était le fils d’un roi irlandais. Marié très jeune à Enora, il fit voeu de chasteté. Fuyant les dissipations de la cour, il partit pour la Bretagne en compagnie de plusieurs autres futurs saints : Kirio, Mélec, Haran, Nérin, Carré, Eversin et Tuder. La légende dit que c’est au Grand Rocher qu’Efflam rencontra le roi Arthur qui poursuivait un dragon. Efflam fit jaillir une source où Arthur puisa de nouvelles forces pour repousser le dragon à la mer. Par la suite, Enora rejoignit son époux dans un oratoire que celui-ci lui avait fait bâtir. Efflam mourut en 512.
    L’église Saint-Efflam est classée monument historique.
    
    Situation : La ville de Plestin-les-Grèves se trouve à environ 12 kilomètres au sud-ouest de Lannion.