jeudi, 19 octobre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Basilique Notre-Dame-de-Délivrance ( à Quintin)

Quintin
Côtes d'Armor

Cette basilique s'élève à l'emplacement d'une ancienne collégiale.

La première pierre du nouvel édifice est posée en 1879 ; les travaux sont achevés en 1887. La nouvelle église prend le titre de basilique en juillet 1934, lors des fêtes du couronnement de la Vierge.

La basilique renferme une relique de la ceinture de la Vierge. Celle-ci fut offerte par le Patriarche de Jérusalem à Geoffroy 1er Boterel, de retour de la septième croisade en 1252.

En 1600, un incendie est allumé involontairement par le chanoine sacristain qui périt dans les flammes. L'ancienne collégiale subit de gros dégats. La découverte de la ceinture de la Vierge, retrouvée presque intacte quelques jours après l'incendie, est interprétée comme un miracle.

L'édifice renferme aussi les gisants de Geoffroy II Boterel, mort au siège de La Roche-Derrien, et de son fils Jean II Boterel, mort à la bataille de Mauron en 1352.

 
      

Eglise Notre-Dame de Miséricorde (à Runan)   

Runan
Côtes d'Armor


    A l’origine, le site abritait une chapelle édifiée par les Templiers au XIIe siècle; elle était surnommée Runargant (le tertre d’Adgan). Runan était alors une trève de Plouëc-du-Trieux.
    Au XIVe siècle, une église gothique a remplacé la chapelle en mauvais état ; ce sont les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem installés au Palacret à Saint-Laurent qui en furent les fondateurs.
    L’édifice comprend une nef à cinq travées se terminant par un choeur à chevet plat.
    Le portail sud a été édifié par le commandeur de la fabrique Keramborgne entre 1435 et 1438. Son pignon porte un linteau sculpté représentant l’Annonciation ; les bas-reliefs s’apparentent à ceux de Notre-Dame de la Clarté à Perros-Guirec. Les voussures du portail, flanquées de pinacles latéraux, sont ornées de feuillages et portent des statues des apôtres.
    Le clocher-tour a été édifié en 1822.
    A l’intérieur, le visiteur peut découvrir un vitrail daté de 1423 ; il est constitué de 6 panneaux sur lesquels sont représentés des personnages de la bible ainsi que les blasons des donateurs.
    L’église renferme un retable en pierre daté de 1423 ; de style flamboyant, il comporte cinq bas-reliefs représentant des scènes de la Bible ( l’Annonciation, l’Adoration des Mages, la Crucifixion, la Mise au tombeau et le Couronnement de la Vierge).
    L’enclos paroissial a été construit au XVe siècle en granit gris du Trégor ; il comprend une chaire se dressant sur un socle hexagonal ainsi qu’un ossuaire d’attache daté de 1552.
    
    Situation : le village de Runan est situé à environ 18 kilomètres au nord de Guingamp, en bordure de la route reliant Guingamp à Tréguier.
    

 

 
      

Eglise Notre-Dame (à Saint-Agathon)

Saint-Agathon
Côtes d'Armor

    Cette église a été construite de 1854 à 1857 à l’emplacement de l’ancienne chapelle tréviale devenue paroissiale après la Révolution.
    Certains éléments, comme les accolades et les gargouilles, sont peut-être des réemplois.
    L’ancien édifice était sous le patronage de Saint-Agathon, un pape originaire de Sicile qui gouverna l’église de 678 à 681.
    
    Situation : Le village de Saint-Agathon se trouve à environ 3 kilomètres à l’est de Guingamp.
   

 
      

Eglise Saint-Jean-Baptiste (à Saint-Jean-du-Doigt)

Saint-Jean-du-Doigt
Finistère

    Cet enclos paroissial doit son nom et sa renommée à une phalange digitale de Jean-Baptiste.
    La date à laquelle fut recueillie la relique n’est pas connue précisément ; elle intervint avant 1440, date à laquelle le Duc de Bretagne, Jean V, fonda l’église pour accueillir la relique.
    Par la suite, le sanctuaire devint un important lieu de pèlerinage. L’histoire raconte qu’Anne de Bretagne fit le déplacement à pied de Morlaix à Saint-Jean pour bénéficier des vertus des reliques de Saint-Jean.
    L’église a été agrandie en 1513. Une flèche a été ajoutée au sommet du clocher de 1566 à 1571 ; détruite par un orage en 1925, la flèche n’a pas été reconstruite par la suite.
    A la base du clocher se trouvent deux ossuaires datant des XVe et XVIIe siècles.
    Un arc triomphal gothique (1585) ouvre sur l’enclos dans lequel le visiteur pourra découvrir une élégante fontaine datant du XVIIe siècle et un oratoire édifié en 1577.
    Outre le reliquaire contenant le doigt de Saint-Jean, l’église possède aussi un reliquaire en argent du XVIe siècle contenant le chef de Saint-Mériadec et un bras reliquaire de Saint-Maudet (XVIe),
    En 1990, Louis René Petit a créé un ensemble de vitraux représentant la transfiguration du Christ, l’arbre de Jessé et l’Apocalypse.
    Le réputé pardon de la Saint-Jean se déroule à la fin juin.
    
    Situation : Le bourg de Saint-Jean-du-Doigt se trouve à environ 12 kilomètres au nord-est de Morlaix.
   

 
      

Eglise Saint-Laurent

Saint-Laurent
Côtes d'Armor

    Edifiée au XIVe siècle par les moines Hospitaliers du Palacret, l’église a d’abord été vouée à Saint-Louran, un saint breton. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que l’édifice a été dédié à Saint-Laurent, un martyr romain.
    Le chevet et le porche sud date du XIVe siècle ; on remarquera que ce porche présente des similitudes avec celui de la tour des cloches de la cathédrale de Tréguier.
    Le clocher-mur, édifié à la fin du XVIIe siècle, comporte trois chambres de cloches surmontées d’un clocheton en forme de dôme.
    L’église a été restaurée à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
    Un petit reliquaire d’attache est adossé à l’angle sud-ouest de l’édifice.
    En entrant, le visiteur remarquera la Croix de Malte gravée dans le tympan du porche sud, au dessus de la porte; cette croix est l’écusson des Hospitaliers, fondateurs de l’église. La Commanderie du Palacret se trouvait à proximité, en bordure du Jaudy.
    A l’intérieur, le visiteur découvrira des lambris historiés par Augustin Loyer en 1859 ainsi qu’un panneau en albâtre du XVe représentant le baiser de Judas. Le bénitier en granit date du XIVe siècle.
    
    Situation : le village de Saint-Laurent est situé à environ 10 kilomètres au nord-ouest de Guingamp.
  

 
      

Eglise Saint-Quay (à Saint-Quay-Perros)

Saint-Quay-Perros
Côtes d'Armor

    L’édification de l’église remonte au XVII ème siècle. Le clocher porche a été ajouté au XVIII ème siècle ; de type trégorois, il comporte trois chambres de cloches entourées d’une balustrade accessible par deux tourelles d’accès.
    Détruit par la foudre le 19 novembre 1880, le clocher a été restauré deux années plus tard.
    A l’intérieur de l’église sont conservées les reliques de Saint Méen, de Saint Judicaël et de Saint Jude.
    L’édifice est dédiée à Saint Quay ou Sant Ke, en breton. Celui-ci vécut au V ème siècle ; originaire de Cambrie au Pays de Galles, il débarqua dans l’anse de Kertugal, sur la commune de Saint-Quay-Portrieux. Blessé, il dut sa survie à l’eau miraculeuse de la fontaine de Saint-Quay.
    
    Situation : le bourg de Saint-Quay-Perros se trouve à environ 6 kilomètres au nord de Lannion.

 
      

Collégiale Saint-Pierre (à Tonquédec)

Tonquédec
Côtes d'Armor

    A la suite des guerres de succession de Bretagne, les vicomtes de Coëtmen entreprirent la reconstruction de l’église de Tonquédec.
    A la requête de Roland IV de Coëtmen, le pape érigea l’église en collégiale en 1447. Quatre chanoines logèrent au collège jusqu’en 1790.
    Au XIXe siècle, la vétusté de l’église rendit nécessaire d’importants travaux ; la tour centrale de l’édifice disparut ainsi qu’un portail comportant douze niches.
    A l’intérieur, on remarquera une verrière du XVe siècle, installée au chevet de l’église. Cette verrière comporte 16 vitraux dont certains relatent des scènes de la Passion et d’autres célèbrent la gloire de Roland IV et Jean II de Coëtmen.
    Les armoiries de la maison des Coëtmen sont représentées sur cette verrière ainsi que sur un pilier extérieur ; ces armoiries comportent des annelets d’argent témoignant de la participation de l’un des membres de la lignée aux croisades.
    Sous le choeur, reposent Jean II de Coëtmen et son épouse.
    Un enclos paroissial entoure l’église ; les murs de cet enclos sont construits avec des pierres identiques à celles du château féodal de Tonquédec.
    
    Situation : le village de Tonquédec se trouve à environ 7 kilomètres au sud-est de Lannion.

 
      

Eglise de la Sainte-Trinité (à Trébeurden)

Trébeurden
Côtes d'Armor

    Une église existait déjà à cet emplacement au XIII ème siècle ; en raison d’aménagements répétés, elle dut être reconstruite de 1832 à 1835.
    La porte d’entrée du nouvel édifice fut récupérée de l’enceinte du manoir de Kerariou.
    Lors des travaux, le choeur et la chapelle du Rosaire appartenant à l’édifice d’origine furent conservés ; ils furent toutefois rehaussés d’1,7 mètre.
    La flèche fut détruite par la foudre en 1849 ; elle fut reconstruite avec du granit de Saint-Samson.
    Une aile sud, appelée nouvelle nef, fut consacrée en 1962.
    
    Situation : la ville de Trébeurden est située à 8 kilomètres au nord-ouest de Lannion.
   

 
      

Eglise de Saint-Quémeau (à Trédrez-Locquémeau)

Locquémeau
Trédrez
Côtes d'Armor

    Cette église gothique a été élevée au XVIe siècle (en réemployant des fenestrages du XVe siècle).
    L’édifice en forme de tau possède deux nefs à cinq travées et un plafond lambrissé rappellant la carène d’un bateau renversé. A l’intérieur, on peut découvrir un Christ en croix datant du XVIe siècle ainsi que des entraits et des sablières sculptées de représentations humaines et animales.
    Au fond de la nef, les fonts baptismaux en granit, datant du XVIe siècle, sont entourés d’une balustrade en bois polychrome.
    Le porche d’entrée est surmonté d’une secrétairie dans laquelle se réunissait le conseil de fabrique. Les armes de la famille Coatrédrez, fondatrice de l’église, apparaissent sur la clé de voûte située sous le porche.
    Le clocher-mur de style Beaumanoir, ajouté en 1703, comporte 3 chambres de cloches entourées d’une balustrade accessible par une tourelle d’escalier.
    Entre la tourelle du clocher et le porche se trouve un reliquaire d’attache à quatre baies.
    L’église est entourée d’un mur d’enclos en granit.
    L’édifice est placé sous le vocable de Saint Quémeau (en breton : Sant Kemo), l’ermite évangélisateur du village dont le nom breton ‘Loc-Kemo’ signifie ‘l’ermitage de Kemo’. Une fontaine dédiée au saint se trouve près de la ferme de Kerpabu.
    Le pardon est célébré le lundi de la Pentecôte.
    
    Situation : Le village de Locquémeau se trouve à environ 4 kilomètres à l’ouest de Lannion.

 
      

Eglise Notre-Dame de Trédrez (à Trédrez-Locquémeau)

Trédrez-Locquémeau
Côtes d'Armor

    A l’origine, le site abritait une église vouée à Saint-Laurent, diacre et martyr du IIIe siècle ; Saint-Yves en fut le recteur de 1284 à 1292.
    L’ancienne église tombant en ruines, l’église actuelle la remplaça à partir de 1500.
    De style gothique flamboyant, l'édifice présente les caractéristiques de l’école Beaumanoir ; il possède un clocher-mur flanqué d’une tourelle et un chevet à trois pans.
    A l’intérieur, on peut observer un baptistère datant du XVIe siècle ; il comporte deux bassins communiquants en granit et une cuve en plomb du XVIIe siècle.
    Les sablières sont sculptées des armes des Coatrédrez, fondateurs de l’église.
    Le retable de l’autel de la chapelle sud, datant de 1520, représente la Vierge à l’arbre de Jessé.
    Le porche sud abrite des statues en bois polychrome du XVIIe siècle représentant les douze apôtres et le Christ.
    L’enclos paroissial abrite un ossuaire datant du XVIe siècle.
    
    Situation : Le village de Trédrez se trouve à environ 5 kilomètres à l’ouest de Lannion.